Toute l'actualité

Un jeune, une passion : Les couteaux d’Aurélien
Pour la rentrée, coup de projecteur sur un étudiant en première année de BTS. Aurélien Assémat nous invite dans sa forge où il réalise ses propres couteaux

Bonjour Aurélien, comment t’est venu cet intérêt pour la coutellerie ?

Principalement de mon père qui confectionne déjà des manches de couteaux, en bois de cerf ou de chevreuil. Trouvant l’idée originale j’ai voulu créer mes propres lames pour rendre chaque couteau unique. J’ai pu me lancer dans l’aventure grâce à un ami de la famille qui m’a offert une vieille forge que j’ai restaurée. La réalisation du premier couteau a été un vrai déclic.

 

Tu produits quels genres de couteaux ?

Généralement des couteaux droits dits «  plate semelle » et des couteaux pliants, mais il m’arrive également de créer quelques dérivés (machettes ou même de la bijouterie ex : bracelets). Par la suite mon objectif est la conception de couteaux damassés (lame en acier de Damas), cependant je ne dispose pas encore du matériel adéquate ni de l’expérience nécessaire pour en réaliser.

 

On imagine qu’il faut-être sérieusement outillé pour assouvir cette passion, as-tu ton propre atelier ?

Oui j’ai aménagé mon atelier dans un ancien hangar de ma famille et acheté pas mal de matériel. Celui-ci est modeste pour le moment mais je dispose du strict minimum pour créer mes couteaux.

 

Réaliser un couteau te prend environ combien de temps ?

En prenant en compte la création de la lame à la forge ainsi que  son manche, pour un couteau basique, la réalisation prend 1 journée. Ceci dit, le temps de confection d’un couteau peut être variable en fonction de la complexité de chaque projet (matériaux, gravures, finitions…)

 

Quelle réalisation t’a apporté le plus de fierté ?

Dans l’ensemble toutes mes créations m’apportent de la fierté, mais j’ai un petit faible pour un couteau droit plate semelle réalisé dans une lime avec un manche en bois de cerf.

 

Quel sera ton prochain couteau ?

Mon prochain couteau sera un karambit. Le Karambit est originaire des Philippines et d'Indonésie. C’est un couteau de défense extrêmement efficace et très intéressant car sa lame courbe offre de nombreuses combinaisons et possibilités d'utilisations.

 

Où puisses-tu ton inspiration ?

Principalement grâce à d’autres forgerons, dans des forums de coutellerie, ou directement lors de rencontres festives à thème dans les villages. Le travail des anciens peut être aussi une bonne source d’inspiration, mais il faut y apporter sa personnalisation.

 

Quelles qualités faut-il avoir être un bon coutelier ?

Pour être un bon coutelier il faut avoir beaucoup de patience et de détermination, être minutieux dans son travail, et surtout apprendre de ses erreurs. Comme on dit : « c’est en  forgeant qu’on devient forgeron »

 

Des conseils pour ceux qui voudraient se lancer ?

Trouver un forgeron qui puisse vous consacrer un peu de temps, il vous donnera de bons conseils et vous apprendra les bases. Et surtout ayez confiance en vous et foncez !

 

Des projets après ton BTS GPN ?

Devenir technicien cynégétique et développer ma passion pour la coutellerie.

 

Merci Aurélien. Bonne continuation pour ton BTS.

 

Découvrez la page Facebook d’Aurélien : Assemat coutellerie



Actualités
Portes Ouvertes 2018
Les SAMEDIS 27 JANVIER, 17 MARS, 07 AVRIL
et le DIMANCHE 20 MAI